Presse

Lutter contre la solitude

Céline Amaury, fondatrice de la plate-forme Xenia.

Créatrice de Xenia en juin, Céline Amaury a eu l'idée lorsqu'elle cherchait un appartement pour son fils à Lille (Nord). J'avais beaucoup de mal à trouver quelque chose à prix raisonnable. Et je me suis souvenue d'une conférence sur la dépendance dans laquelle on expliquait que le senior qui entre en maison de retraite perd sept ans de sa vie par rapport à celui qui reste chez lui. Ça a été un déclic." La mère de famille se renseigne alors que le marché de la colocation étudiant-senior.

Un suivi pour éviter les défaillances

"Il y a encore deux ans, le marché était balbutiant. Et il n'était pas très structuré car il s'agissait surtout d'associations." Elle essaie alors de comprendre les freins et comment mieux les contourner. "Les jeunes veulent leur liberté, les personnes âgées de la confiance, il fallait donc faire converger tout ça." Et le meilleur moyen d'y parvenir est encore de mettre en relation des colocataires qui partagent les mêmes goûts. "Nous avons une interface sur laquelle chacun renseigne sa personnalité et après c'est à nous de les connecter." Xenia interroge longuement les prétendants afin d'éviter les défaillances. Et suit les intéressés les premiers mois pour s'assurer que tout se passe bien.

"Je trouve que les jeunes, aujourd'hui, ont une conscience plus marquée de ce qui les entoure, et un intérêt certain pour leur environnement social au sens large. Quant aux personnes âgées, cette cohabitation leur permet de lutter contre la solitude." Les fameux services peuvent d'ailleurs être entendus dans les deux sens. "Le senior peut éventuellement faire profiter le jeune de son réseau dans le monde du travail contre des cours sur les nouvelles technologies par exemples."

La jeune entreprise a pour le moment formé une dizaine de duos et propose aujourd'hui une quarantaine d'appartements. "La loi élan permet même à un locataire de sous-louer une chambre sans que son propriétaire puisse s'y opposer."

En province, il faut compter en moyenne 200 € de loyer, et 350 € à Paris. "Et le locataire peut bénéficier des APLs.